Je l'attendais avec impatience, mais j'avais un peu peur aussi de ce grand jour, du travail à fournir, de l'épreuve à traverser, personne ne sait d'avance comment cela va se passer. Bien dans la majorité des cas. 

Dès les premiers contractions à 5h du matin, j'ai su que la rencontre allait être proche. Je suis restée à la maison le plus longtemps possible accompagnée du papa. Je lui ai parlais, caressais à travers mon ventre pour la dernière fois car rien ne sera plus pareil, j'essayais d'imaginer la suite des prochaines heures. Tout était prêt, il ne restait plus qu'à peaufiner les derniers détails, tout ça dans la bonne humeur et la paisibilité. Un dernier tour de marche dans le bois pour pallier mon impatience et faire avancer gentiment le travail.

Départ à la maternité qui n'est qu'à quelques kilomètre de là, on me dit que j'ai bien fait d'arriver. Ca y est je vais accoucher, c'est certain. Les larmes d'émotions coulent.

Des heures douloureuses passent avant de souffler une dernière fois, ouvrir les yeux, rester sans voix à la découverte de son visage aux cheveux noirs, de son petit corps aux longs doigts & de ses grands yeux.
Je l'attrape, je lui souhaite la bienvenue, l'embrasse & le serre contre moi. Son odeur est addictive.

Tout est calme, pas un cri, pas un pleur, mais des yeux qui découvrent ce nouvel univers.

Ces dernières heures sont particulières, intenses, incomparables. L'accouchement est un monde parallère l'espace d'un instant dans ces 9 mois de grossesse. Un instant que je ne pourrai oublier et auquel je voudrais y regouter.

6h40, le jour se lève & les rayons de soleil nous remplissent le coeur.

 DSC_1009