mercredi 6 août 2014

Et s'il devenait grand frère ?

Comment vivre l'envie d'un enfant quand le premier est atteind d'une maladie congénitale ?

C'est la question que je me pose ces temps ci.

Mon petit chat va avoir 2 ans à la fin du mois. Jusqu'à il y a peu, je n'avais pas envie d'un deuxième. Rien que d'en parler me faisait me refermer comme une huitre & je me disais "mais foutez moi la paix !". J'étais encore bien trop dans l'épreuve de sa maladie, de son histoire, de ces "manques de chance" 13 mois durant. 13 mois ce qui veut dire 11 mois de légéreté, de normalité au quotidien mis à part quelques soucis quotidiens bien mois lourds qui nous rattachent encore à cette histoire.

Depuis quelques semaines, oui je pense à un second enfant. Je me pose évidement les questions classiques d'une maman du genre "comment aimer autant un autre enfant" etc mais au delà de ça, je me pose d'autres bien d'autres questions.

N'est ce pas trop tôt vu notre vécu ? Suis je suffisamment guérie de cette grande douleur ? Suis je prete psychologiquement ? Et si ce bébé était aussi malade ? Les risques sont faibles mais ne sont pas nuls. Comment vivre cette relation avec un enfant en bonne santé, sans être assisté d'une équipe chirurgicale & paramédicale au quotidien ? Comment créer un lien autre que par l'angoisse profonde que l'on peut avoir pour son nouveau né à qui on décelle une maladie congénitale rare non diagnosticable pendant la grossesse ? Comment vivre ce bonheur de ces premiers jours sereinnement tout en sachant que s'il est malade tout ce jouera à ses premières 24h de vie ?

Ai je le droit de consciemment risquer ça et de faire subir ça à mon enfant ? Voilà une phrase douloureuse que j'ai entendu à deux reprises. Une phrase très culpabilisante.

Comment réagir ? Comment être certaine ?! Comment être sereine ? Je ne sais pas si des réponses existent. 

Malgré tout cette envie apparait doucement. J'ai envie de revivre l'expérience, pas si facile, de la maternité, vivre de nouveau un accouchement bien que je m'entends encore crier seule "plus jamais, regarde comme tu en ****, comme tu souffres" à quelques heures de mon accouchement ! J'ai envie aussi de faire de mon petit garçon un grand frère. Sa gentillesse et sa tendresse envers les plus petits que lui est tellement adorable...

Je sais que cette envie grandie. Elle ne sera pas pour ces prochains mois pour diverses raisons ce qui me laisse le temps de continuer de cicatriser mon coeur de maman. Je suis un peu perdue mais j'y pense très régulièrement.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Posté par MlleOr à 09:09 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires sur Et s'il devenait grand frère ?

    Ton billet me touche beaucoup.

    Je ne peux pas te rassurer sur le fait que ton second ne sera pas malade comme son grand frère, je n'en sais rien, seuls les médecins sauront te conseiller sur ce point.

    Par contre, je sais ce que c'est d'avoir fait un enfant en sachant qu'on ne lui offre peut-être pas le meilleur. Mon mari souffre d'un problème génétique sur son chromosome Y, qui a entrainé une infertilité sévère. Cette anomalie génétique sera reportée sur tous ses descendants masculins (puisque chromosome Y). Quand j'étais enceinte, j'étais terrorisée jusqu'à savoir que j'attendais une fille, quel soulagement !

    Une infertilité sévère n'est pas une maladie nécessitant de nombreuses opérations, mais j'ai beaucoup culpabilisé et je me suis demandé si cet enfant me pardonnerait de l'avoir voulu, et surtout comment nous allions abordé cette question avec lui.

    Et pour ce qui est de construire une relation avec un enfant en bonne santé, tu y arriveras comme nous y arrivons toutes, c'est instinctif, comme le fait d'aimer son second autant que son premier. Quand il s'agit d'aimer son enfant notre cœur se démultiplie !!! Je me souviens d'avoir eu besoin d'un enfant, d'avoir eu une place pour elle dans mon cœur, mais jamais je n'aurais imaginé l'aimer autant, qu'elle prenne autant de place et au delà et pourtant je n'aime pas moins le reste, j'aime toujours autant le reste. Je suis sûre que pour le second c'est pareil !

    J'espère avoir été claire, désolée pour le pavé ! Bises

    Posté par Yeude, mercredi 6 août 2014 à 10:23
  • Je comprends tout à fait tes questionnements, je pense qu'il est important d'en discuter avec ton médecin et ton gynéco, pour connaître précisément les risques.
    Chez nous les risques étaient de refaire une prééclampsie... (5% de risques selon les médecins...).Mais on relativise en se disant que quand bien même notre premier enfant n'aurait eu aucun souci pendant la grossesse ou à la naissance, qu'est-ce qui nous dit qu'une deuxième grossesse se passerait tout aussi bien ?
    Finalement, on oublie bien souvent que des risques, il y en a des tonnes..; Risques de maladies, de handicaps, de fausses couches... Et pourtant, on fait des enfants

    Ici, la deuxième grossesse a viré elle aussi en prééclampsie (ouf, bien plus tardive et on a pu me faire accoucher avant qu'il y ait un danger, grâce à un suivi de très près). Je sais que le jour où on envisagera peut-être un troisième enfant, ces antécédents me feront me poser la question... J'ai de grandes chances de refaire une prééclampsie, oui, vraiment de grandes chances : suis-je prête à risquer ma vie et celle d'un futur bébé ? Je ne le sais pas.

    Mais quand la deuxième naissance se passe bien, ce qui fut le cas malgré tout pour nous, je peux te dire que ça guérit vraiment ton coeur de maman ! Les mésaventures de l'aîné nous paraissent moins douloureuses, plus lointaines.

    Posté par Bertille, mercredi 6 août 2014 à 10:54
Poster un commentaire