Comment vivre l'envie d'un enfant quand le premier est atteind d'une maladie congénitale ?

C'est la question que je me pose ces temps ci.

Mon petit chat va avoir 2 ans à la fin du mois. Jusqu'à il y a peu, je n'avais pas envie d'un deuxième. Rien que d'en parler me faisait me refermer comme une huitre & je me disais "mais foutez moi la paix !". J'étais encore bien trop dans l'épreuve de sa maladie, de son histoire, de ces "manques de chance" 13 mois durant. 13 mois ce qui veut dire 11 mois de légéreté, de normalité au quotidien mis à part quelques soucis quotidiens bien mois lourds qui nous rattachent encore à cette histoire.

Depuis quelques semaines, oui je pense à un second enfant. Je me pose évidement les questions classiques d'une maman du genre "comment aimer autant un autre enfant" etc mais au delà de ça, je me pose d'autres bien d'autres questions.

N'est ce pas trop tôt vu notre vécu ? Suis je suffisamment guérie de cette grande douleur ? Suis je prete psychologiquement ? Et si ce bébé était aussi malade ? Les risques sont faibles mais ne sont pas nuls. Comment vivre cette relation avec un enfant en bonne santé, sans être assisté d'une équipe chirurgicale & paramédicale au quotidien ? Comment créer un lien autre que par l'angoisse profonde que l'on peut avoir pour son nouveau né à qui on décelle une maladie congénitale rare non diagnosticable pendant la grossesse ? Comment vivre ce bonheur de ces premiers jours sereinnement tout en sachant que s'il est malade tout ce jouera à ses premières 24h de vie ?

Ai je le droit de consciemment risquer ça et de faire subir ça à mon enfant ? Voilà une phrase douloureuse que j'ai entendu à deux reprises. Une phrase très culpabilisante.

Comment réagir ? Comment être certaine ?! Comment être sereine ? Je ne sais pas si des réponses existent. 

Malgré tout cette envie apparait doucement. J'ai envie de revivre l'expérience, pas si facile, de la maternité, vivre de nouveau un accouchement bien que je m'entends encore crier seule "plus jamais, regarde comme tu en ****, comme tu souffres" à quelques heures de mon accouchement ! J'ai envie aussi de faire de mon petit garçon un grand frère. Sa gentillesse et sa tendresse envers les plus petits que lui est tellement adorable...

Je sais que cette envie grandie. Elle ne sera pas pour ces prochains mois pour diverses raisons ce qui me laisse le temps de continuer de cicatriser mon coeur de maman. Je suis un peu perdue mais j'y pense très régulièrement.